Axe 3 Connexions, circulations, croisements (Dir. B. Gourisse)

Cet axe de recherche se définit moins par une série d’objets, que par un questionnement commun appliqué à des terrains et des périodes variés. Le point de vue problématique travaillé dans l’axe 3 est celui des croisements et des circulations entre espaces participant de la production des ordres sociaux et politiques. Les croisements et les circulations dont il est ici question concernent d’abord les échelles d’analyses (locales, nationales, transnationales et internationales) et des scènes sociales afférentes. De façon complémentaire, la focale portée sur les croisements et les circulations porte aussi sur les relations entre les espaces sociaux et sur les connexions (voire les hybridations) entre les dynamiques sociales sectorielles (politiques, juridiques, économiques, syndicales, militaires, confessionnelles, ethniques, etc.). Saisir la production de l’ordre politique au prisme des connexions, des circulations et des croisements entre échelles et entre espaces sociaux permet d’interroger la monopolisation de l’activité politique par ses professionnels, sa légitimation et sa contestation. Pour le dire autrement, il s’agit ce faisant d’éviter toute délimitation a priori du politique et d’en faire un espace distinct d’autres faits et processus sociaux (Lefort 1986 : 19).